dans Actualités

Une vraie politique pour l’agriculture !

20.05.2016Rencontre entre la FDSEA Dordogne et le député Claude Bérit-Débat (20 mai 2016)


La crise est là, la barque est pleine. Depuis le mois de juin 2015, l’ensemble des filières d’élevage est entré dans la crise des prix, et personne ne voit la moindre éclaircie. Personne aujourd’hui, que ce soit au niveau national ou au niveau européen, ne donne un cadre, un horizon aux producteurs, et c’est cela la plus grosse crise.

L’année dernière, nos actions syndicales ont permis d’obtenir deux réponses de la part des pouvoirs publics. Le plan d’urgence d’une part, qui répond partiellement aux situations les plus difficiles pour les jeunes ou les récents investisseurs, et d’autre part, la baisse des prélèvements sociaux qui nous replace dans la moyenne européenne. Ces deux réponses vont dans le bon sens mais sont incomplètes. Quand on accompagne en trésorerie les situations les plus difficiles, on ne règle pas pour autant les problèmes de ceux qui ont investi et qui n’ont pas de revenu correct. Aujourd’hui, de nombreux sujets sont au coeur de nos revendications, avec un seul objectif :  redonner du revenu et de la visibilité aux agriculteurs.
La PAC d’abord, puisque l’Etat doit encore plus de 2 milliards d’euros aux agriculteurs. A une période où tout est informatisé et rapide, il est absolument insupportable que le ministère de l’agriculture laisse les agriculteurs dans une telle situation d’inconfort, avec des retards incessants.
D’un point de vue structurel, nous sommes attachés à ce que l’on change de modèle de discussion entre production, transformation, distribution. A l’occasion du salon de l’Agriculture, le président de la République a souhaité mettre en chantier cette problématique des relations commerciales dans l’alimentaire. Produire, on sait faire, prendre en compte l’environnement aussi, mais on ne peut pas le faire à n’importe quel prix. Ce que l’on veut avant tout, c’est sortir de cette situation où l’on ne donne aux producteurs que ce qu’il reste.
Il faut aussi au niveau européen un cadre qui respecte le fait que lorsqu’on est en production agricole, on est soumis à des aléas. La politique agricole a abandonné les systèmes de régulation, la compétition se fait en l’absence de règles du jeu.
Au niveau national, il faudra renouveler le plan d’urgence et généraliser l’année blanche, ces deux mesures sont indispensables pour soutenir la trésorerie des agriculteurs.

La FDSEA et les JA Dordogne ne lâchent rien sur leurs combats. Nous faisons remonter au Préfet et aux Parlementaires des problèmes concrets vécus dans les exploitations de Dordogne, afin qu’ils les relayent au gouvernement pour qu’il ne perde pas le sens des réalités. Les agriculteurs sont en attente d’une véritable politique qui redonne une direction à notre agriculture.

Ajouter Un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


− deux = 3