Pomme : situation très préoccupante

La filière pomme connaît une situation particulièrement inédite : une faible production et des prix très bas. Ce constat va jusqu’à défier les lois de l’offre et la demande ! Comment en est-on arrivé là ?

Tout d’abord, les producteurs subissent l’embargo russe de manière directe et indirecte en affrontant une nouvelle concurrence : les pays européens inondent nos marchés de leurs produits à des prix très bas. Les difficultés de trésorerie de nos exploitations, suite au gel de 2012, et surtout l’importance des charges salariales ne nous permettent pas de nous aligner sur leurs prix. Ensuite, les prix bas sont également causés par une guerre des prix insupportable, aggravée par les nouveaux regroupements de centrales d’achat de la grande distribution.

La filière pomme est malmenée depuis déjà plusieurs années mais, avec ces récents évènements, nous espérons que la production n’est pas en train de vivre son coup de grâce.

C’est tout un tissu économique, engendré par les sociétés arboricoles, qui est mis à mal. Sans résolution rapide, l’avenir des producteurs devient très incertain…

Des solutions doivent être données. La FDSEA et les JA Dordogne ont récemment insisté sur l’encadrement des prix d’achat de la GMS dans le but de voir rapidement des résultats concrets promis par le gouvernement. De plus, y-aurait-il un moyen de rendre la concurrence des producteurs européens plus « loyale », par exemple par la mise en place d’une taxe producteur étranger ?

Les solutions convergent vers le même but : le « Manger français » que nous prônons. Des mesures doivent être prises et appliquées pour défendre cet impératif.

 

Yannick Frances, Président de la FDSEA Dordogne
Pierre Léonard, Président JA Dordogne
Pierre Brunie, chargé du dossier Pomme à la FDSEA Dordogne

 

 

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


6 − = cinq